Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre langue et à votre appareil (Nécessaire), pour vous présenter des contenus sélectionnés pour vous (Préférences), pour analyser les accès à notre site web (Statistiques) et pour pouvoir vous proposer nos meilleures offres spéciales sur d'autres sites web également (Marketing).

En cliquant sur "Tout accepter", vous acceptez l'utilisation de cookies. Vous pouvez sélectionner les cookies un par un et les accepter en cliquant sur "Enregistrer la configuration". Vous pouvez à tout moment modifier ou révoquer vos paramètres de cookies dans le pied de page sous "Paramètres de cookies". Vous trouverez des informations détaillées dans notre déclaration de protection des données.

Ces cookies sont nécessaires à la fonctionnalité de notre site web et ne peuvent pas être désactivés (par ex. SessionCookies).

Ces cookies nous aident à comprendre comment les visiteurs interagissent avec notre site web. Les informations sont collectées et analysées de manière anonyme. Selon l'outil, un ou plusieurs cookies du même fournisseur sont placés. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre déclaration de confidentialité et celle du fournisseur concerné.

Nous utilisons des cookies afin de concevoir notre site web de manière optimale pour vous et de l'améliorer en permanence. Vous pouvez activer les cookies non nécessaires "Accepter tous" ou les cookies souhaités individuellement en cliquant sur "Configurer". Vous pouvez modifier vos paramètres de cookies à tout moment dans le pied de page sous "Paramètres de cookies". Vous trouverez de plus amples informations sur les cookies dans notre déclaration de protection des données.

1. Les pollens (ou d’autres allergènes tels que la poussière domestique ou les poils de chat) entrent en contact avec la muqueuse nasale ou une autre muqueuse (p. ex. celle des yeux).

2. Lorsque le système immunitaire considère, par erreur, que les pollens sont des substances «dangereuses», une allergie se déclenche. Les lymphocytes T auxiliaires réagissent dès le 1ercontact avec l’allergène. Il existe 2 types de réponse des lymphocytes T auxiliaires: les TH1 (stimulation des défenses immunitaires cellulaires) et les TH2 (production d’anticorps).

a. Chez les allergiques: TH2 > TH1, ce qui signifie que le système immunitaire réagit par une production excessive d’anticorps.
b. Chez les allergiques recevant un probiotique: le système immunitaire est modulé, si bien que la réponse TH2 excessive est «réduite» – un équilibre se crée. TH1 = TH2 (comme chez les non-allergiques).

3. Les lymphocytes T produisent des neuromédiateurs qui activent les lymphocytes B.*

4. Les lymphocytes B produisent alors des anticorps IgE.*

5. Les anticorps IgE se lient aux mastocytes.*

6. Nouveau contact avec des pollens (à partir du 2e contact); les pollens se lient aux anticorps IgE se trouvant sur les mastocytes (principe clé/serrure).*

7. Les mastocytes sont activés et libèrent de l’histamine.*

8. L’histamine déclenche des rougeurs, un gonflement, des démangeaisons des muqueuses et/ou la production de sécrétions (nez qui coule, larmoiement, etc.).*

a. Les symptômes de la libération d’histamine peuvent être réduits à l’aide d’un antihistaminique.
b. La réponse TH2 réduite par des probiotiques spécifiques diminue en quelques jours l’«activation» des mastocytes et donc la libération d’histamine au contact des pollens, ce qui se traduit par une atténuation des sécrétions nasales, du larmoiement et des autres symptômes connus. Un antihistaminique et un probiotique spécifique peuvent être utilisés simultanément afin d’obtenir un effet synergique renforcé (démontré par différentes études)

* Lorsque TH1 = TH2 (p. ex. après la prise d’un probiotique), ces processus sont réduits.