Zinc et problèmes de peau

Jeune homme atteint d’acné

Contenu

Absorption du zinc

L’absorption du zinc se fait surtout dans l’intestin grêle. Dépendant de l’énergie, ce processus passe par des protéines de transport spécifiques (ZIP) au niveau de la muqueuse de l’intestin grêle. Lors d’une carence en zinc, ces protéines de transport (surtout ZIP4) sont davantage exprimées.1 Des apports élevés en zinc (dès 25 mg) entraînent une saturation de l’absorption. On suppose que l’absorption de quantités supérieures de zinc (après saturation des transporteurs ZIP-4) a alors lieu dans tout l’intestin, de façon indépendante de la concentration.

Absorption du zinc dans l’intestin grêle
ZIP4 est un important importateur régulé par le zinc. ZIP14 réagit aux signaux pro-inflammatoires et est probablement localisé aussi bien sur la surface apicale que sur la surface basolatérale des entérocytes.

Zinc et acné vulgaire

De nombreuses études ont montré que le zinc est efficace dans le traitement de l’acné vulgaire. Permettez-nous de vous présenter plus en détail quelques-unes de ces études:

Acné vulgaire – Étude 1

Méthodologie de l’étude2

  • Étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, n = 66
  • Âge médian: 22 (+/− 8 ans)
  • Acné depuis 5 à 6 ans
  • 30 mg de zinc (sous forme de gluconate de zinc) vs placebo pendant 2 mois
  • Prise biquotidienne de 15 mg de gluconate de zinc ou du placebo, 20 minutes avant le repas

Mesure

Le médecin traitant et le patient ont évalué de manière subjective l’amélioration. En outre, les lésions d’acné ont été comptées et multipliées par un score en fonction de leur sévérité.

Résultat

Selon l’appréciation des patients et des médecins traitants après deux mois de traitement, la prise quotidienne de 30 mg de gluconate de zinc a permis une réduction significativement plus importante des lésions inflammatoires que sous placebo.

Résultat de la prise de zinc en cas d’acné
Régression des lésions d’acné – Évaluations des médecins traitants et des patients

Acné vulgaire – Étude 2

Méthodologie de l’étude3

  • Étude randomisée menée en double aveugle, n = 332
  • Âge médian: 19 ans
  • Acné depuis 3 à 7 ans
  • Prise de 30 mg de zinc (sous forme de gluconate de zinc) vs 100 mg de minocycline pendant 3 mois
  • Tous les jours le matin à jeun, tard le soir en cas de mauvaise tolérance

Mesure

Le critère principal d’évaluation était le taux d’efficacité clinique au jour 90 (définie comme une réduction du nombre de lésions inflammatoires [p. ex. papules, pustules] de plus des deux tiers)

Résultat

Une diminution du nombre de lésions inflammatoires (notamment papules et pustules) de plus des deux tiers a été observée chez 31,2% des patients du groupe sous zinc. Avec l’antibiotique (minocycline), ce taux était plus élevé (63,4%). La prise de 30 mg de gluconate de zinc et celle de 100 mg de minocycline se sont toutes deux avérées efficaces et ont permis de réduire le nombre total de lésions acnéiques respectivement de 50% et de 67% au bout de trois mois.

Résultat de la prise de zinc en cas d’acné vulgaire
Comparaison du gluconate de zinc et de la minocycline – nombre de lésions inflammatoires superficielles (papules et pustules) comptées

Conclusion

  • La prise de 30 mg de gluconate de zinc est un traitement judicieux en cas d’acné vulgaire.
  • Au bout de trois mois, le zinc s’est avéré moins efficace que la minocycline en termes de réduction du nombre de lésions. Le gluconate de zinc présente toutefois l’avantage de ne pas être un antibiotique: il est bien toléré et n’entraîne pas le développement de résistances (ce qu’il faut tout particulièrement souligner, car le zinc est fréquemment utilisé pour un traitement au long cours).
  • Dans la plupart des études, le zinc s’est révélé plus efficace que le placebo, d’une efficacité comparable à celle de l’oxytétracycline (n = 37) et moins efficace que des tétracyclines (n = 40).4

Zinc et maladie de Verneuil (acné inversée)

Étude chez des patients résistant au traitement5

Méthodologie de l’étude

  • Étude à un seul bras, n = 22 (15 femmes, 7 hommes)
  • Âge médian: 38 ans
  • Temps médian écoulé jusqu’au diagnostic: 6,5 ans
  • 90 mg de gluconate de zinc, initialement pour 4 mois; en cas de réponse, réduction ultérieure de la dose de 15 mg tous les 2 mois
  • Durée moyenne du suivi: 2 ans

Situation initiale

Tous les patients étaient en échec thérapeutique.

  • Parmi les 22 patients, 18 avaient reçu des tétracyclines dans le cadre d’une antibiothérapie au long cours (> 3 mois) – neuf avaient présenté une amélioration, mais avaient rechuté après l’arrêt du traitement.
  • Parmi les 22 patients, six avaient été traités par l’isotrétinoïne, sans amélioration.
  • Trois femmes sur 7 avaient reçu de l’acétate de cyprotérone, sans amélioration.
  • Antiseptiques locaux, interventions chirurgicales

11 patients avaient des symptômes légers (Hurley I), 10 des symptômes modérés (Hurley II), 1 des symptômes graves.

Résultat

  • Tous les patients ont répondu au traitement.
  • Une rémission complète a été obtenue chez huit patients sur 22.
  • Quatorze patients sur 22 ont présenté une rémission partielle, définie comme une réduction des nodules d’au moins 50% et/ou une guérison plus rapide des lésions.
  • Aucun patient n’a présenté une aggravation.

Lors d’une rémission complète, la dose a pu être réduite entre 30 et 60 mg (au-delà, une rechute a été constatée; une nouvelle rémission a été obtenue lors d’une nouvelle augmentation de la dose).

Tolérance:

  • 1/22 arrêt du traitement en raison de nausées et de vomissements

1/22 diarrhée, 1/22 flatulences, 1/22 œsophagite

Conclusion

  • La prise de 90 mg de gluconate de zinc pendant quatre mois est une option thérapeutique simple en cas de maladie de Verneuil. En cas de bonne réponse au traitement, la dose peut ensuite être réduite de 15 mg tous les deux mois.
  • La tolérance du zinc (surtout de composés de zinc organiques comme le gluconate de zinc et le citrate de zinc) est généralement bonne.
  • Lors de l’administration de quantités de zinc supérieures à 30 mg, on pensera à une interaction avec le métabolisme du cuivre (opter pour une supplémentation en cuivre [1-2 mg] avec un produit contenant plusieurs vitamines et minéraux, p. ex.).
  • Un traitement systémique optionnel par le zinc (3×30 mg par jour) en association avec des tétracyclines fait partie des recommandations suisses pour le traitement de la maladie de Verneuil.6

Références

1 Cousins RJ. Gastrointestinal Factors Influencing Zinc Absorption and Homeostasis. Int J Vitam Nutr Res. 2010 October; 80(0):243–248.

Dreno B et al. Low doses of zinc gluconate for inflammatory acne. Acta Derm Venereol. 1989;69(6):541-3.

Dreno B et al. Multicenter randomized comparative double-blind controlled clinical trial of the safety and efficacy of zinc gluconate versus minocycline hydrochloride in the treatment of inflammatory acne vulgaris. Dermatology. 2001;203(2):135-40.

Deutsche Dermatolog. Gesellschaft, 2010. AWMF-Register 013/017: Behandlung der Akne. www.awmf.org; consulté le 15.07.2020.

Brocard et al. Hidradenitis Suppurativa and Zinc: a New Therapeutic Approach. A pilot study. Dermatology. 2007 Apr. 214(4):325–7.

6 Hunger RE et al. Swiss Practice Recommendations for the Management of Hidradenitis Suppurativa/Acne Inversa. Dermatology 2017;233:113–119.

Autres articles

Zinc et diabète

Continuer la lecture