Les probiotiques dans la rhinite allergique

Femme dans un champ de fleurs

Contenu

Symptômes allergiques: que se passe-t-il dans l’organisme?

Une allergie déclenche une réponse immunitaire inadéquate à des substances inoffensives présentes dans l’environnement (des allergènes tels que le pollen).1 Dès le premier contact avec l’allergène, les défenses de l’organisme sont sensibilisées et le système immunitaire produit des anticorps (surtout des IgE lors des allergies). De cette façon, l’organisme «mémorise» la substance en cause. Un nouveau contact avec l’allergène donne alors le coup d’envoi à la cascade de défense: cette fois, le système immunitaire réagit immédiatement avec les anticorps IgE spécifiques liés aux mastocytes qu’il a déjà produits.

Les mastocytes libèrent alors davantage d’histamine, un médiateur impliqué dans la défense contre les substances étrangères à l’organisme. L’histamine provoque des inflammations, des rougeurs et des gonflements, et entraîne les symptômes allergiques typiques tels que des irritations des muqueuses.

La rhinite allergique (rhume des foins) – Déroulement avec et sans probiotique

Graphique expliquant les processus qui se produisent dans l’organisme lors du rhume des foins avec et sans probiotiques

Nous expliquons ici comment se déroule une allergie.

Qu’est-ce que les bactéries intestinales ont à voir avec la rhinite allergique?

Si l’on considère que 60 à 80% des cellules immunitaires se trouvent dans l’intestin, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il revête une grande importance dans les allergies.Si l’on considère que 60 à 80% des cellules immunitaires se trouvent dans l’intestin, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il revête une grande importance dans les allergies. La production des anticorps IgE spécifiques et ainsi l’apparition d’allergies sont favorisées par une réponse immunitaire Th2 (lymphocyte T auxiliaire 2) accrue dans l’intestin.2 Une flore intestinale diversifiée et certaines souches probiotiques peuvent aider à inhiber la réponse immunitaire Th2 et ainsi à augmenter la tolérance immunologique vis-à-vis des allergènes. La qualité de vie des personnes allergiques s’en trouve améliorée.1

Les probiotiques dans la rhinite allergique: une amélioration significative des symptômes

La pertinence de l’utilisation des probiotiques dans la rhinite allergique a fait l’objet d’une méta-analyse3 englobant 22 études randomisées contrôlées par placebo.
Des améliorations cliniquement significatives des symptômes ont été obtenues dans les 5 études dans lesquelles des souches de Lactobacillus paracasei étaient administrées. La souche Lactobacillus paracasei LP-33 (LP-33) s’est avérée particulièrement efficace.

Efficacité de LP-33 dans les allergies aux acariens

Des enfants et des adolescents souffrant d’une allergie aux acariens (prick test cutané positif ou présence sérique d’IgE dirigés contre les allergènes des acariens) ont été répartis en 2 groupes: le groupe placebo a reçu pendant 4 semaines du lait contenant des bactéries Streptococcus thermophilus et Lactobacillus bulgaricus, tandis que le lait (200 ml) donné au groupe sous traitement actif était enrichi de 2 milliards d’UFC (unités formant colonie) de bactéries LP-33.

La fréquence et la sévérité des symptômes de rhinite ont été évaluées avant le début de l’étude et au bout des 4 semaines, à l’aide d’un questionnaire (mPRQLQ, Modified Pediatric Rhinoconjunctivits Quality of Life Questionnaire). Le traitement par la souche LP-33 a permis d’améliorer significativement la qualité de vie et en particulier la sévérité des symptômes de rhinite.4

Dans une autre étude, des enfants et des adolescents souffrant de rhinite allergique perannuelle (âge moyen: 16 ans) ont été traités avec du LP-33. L’un des groupes (n=30) a reçu 2 capsules contenant chacune 5 milliards d’UFC de bactéries LP-33 vivantes, tandis que le deuxième groupe (n=30) a reçu 2 x 5 milliards d’UFC de bactéries LP-33 mortes et le troisième groupe (n=30), un placebo.

Les bactéries LP-33 vivantes comme mortes ont amélioré les symptômes de rhinite et de conjonctivite ainsi que la qualité de vie dans des proportions quasiment égales. Ce résultat suggère que certains composants cellulaires des bactéries LP-33 sont responsables de l’effet immunomodulateur.5

Association de probiotiques et d’antihistaminiques

Quand les sujets allergiques prennent déjà un antihistaminique (loratadine), la LP-33 peut apporter une réduction supplémentaire des symptômes de la rhinite allergique.8

Dans une vaste étude, 425 sujets ont été répartis en 2 groupes. Les deux groupes ont reçu 10 mg de loratadine (antihistaminique) pendant 1 semaine. Le groupe sous traitement actif a ensuite été traité par la loratadine et 2 milliards de bactéries LP-33 (1 capsule par jour) pendant 5 semaines supplémentaires, tandis que le groupe placebo a reçu de la loratadine et un placebo.
À l’issue du traitement probiotique, la qualité de vie et les symptômes oculaires étaient significativement améliorés. Cela montre qu’une préparation probiotique contenant des LP-33 peut également apporter des bénéfices en tant que traitement adjuvant (en complément d’un antihistaminique).6

Autres souches de Lactobacillus paracasei et maladies atopiques

Dans les maladies atopiques, le seuil de réaction à un allergène est abaissé. D’autres souches de Lactobacillus paracasei peuvent réduire les symptômes des maladies atopiques. Ainsi, l’administration quotidienne de 2 milliards d’UFC de Lactobacillus paracasei GMNL-133 a amélioré les symptômes de dermatite atopique, mais aussi la qualité de vie des personnes qui en souffraient. Il est intéressant de noter que différents marqueurs ont également été examinés dans cette étude: il est apparu que les probiotiques avaient réduit l’activité allergique dans l’intestin, par exemple la production d’IgE et d’IL-4 (cytokine favorisant la réponse immunitaire Th2).9 En revanche, il faut savoir que seules certaines souches de Lactobacillus paracasei sont capables d’inhiber l’activation des mastocytes.8

Les probiotiques, en particulier les souches appropriées de Lactobacillus paracasei, contribuent à apaiser les symptômes des maladies atopiques. Dans la rhinite allergique, la souche Lactobacillus paracasei LP-33 semble particulièrement efficace. Dans l’idéal, les personnes allergiques au pollen devraient commencer à prendre une préparation appropriée 1 à 2 semaines avant le début de la saison pollinique.

Références

1 Pascal M, Perez-Gordo M, Caballero T et al. Microbiome and allergic diseases. Frontiers in immunology 2018;9:article 1584.
2 Ohnmacht C & Fedoseeva M. Kann die Darmflora Allergien verhindern? Deutsches Ärzteblatt 2016;2:29–31.
3 Güvenç IA, Muluk NB, Mutlu FS et al . Do probiotics have a role in the treatment of allergic rhinitis? A comprehensive systematic review and meta-analysis. Am J Rhinol Allergy 2016;30:e157–e175.
4 Wang MF et al. Treatment of perennial allergic rhinitis with lactic acid bacteria. Pediatr Allergy Immunol 2004;15:1–7.
5 Peng GC & Hsu CH: The efficacy and safety of heat-killed Lactobacillus paracasei for treatment of perennial allergic rhinitis induced by house-dust mite. Pediatr Allergy Immunol 2005;16:433–438.
6 Costa DJ, Marteau P, Amougal M et al. Efficacy and safety of the probiotic Lactobacillus paracasei LP-33 in allergic rhinitis: a double-blind, randomized, placebo-controlled trial (GA2LEN Study). Eur J Clin Nutr 2014;68(5):602–607.
7 Wang IJ & Wang JY. Children with atopic dermatitis show clinical improvement after Lactobacillus exposure. Clin Exp Allergy 2015;45:779–787.
8 Cassard L, Lalanne AI, Garault P et al. Individual strains of Lactobacillus paracasei differentially inhibit human basophil and mouse mast cell activation. Immun Inflam Dis 2016;4(3):289–299.