Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre langue et à votre appareil (Nécessaire), pour vous présenter des contenus sélectionnés pour vous (Préférences), pour analyser les accès à notre site web (Statistiques) et pour pouvoir vous proposer nos meilleures offres spéciales sur d'autres sites web également (Marketing).

En cliquant sur "Tout accepter", vous acceptez l'utilisation de cookies. Vous pouvez sélectionner les cookies un par un et les accepter en cliquant sur "Enregistrer la configuration". Vous pouvez à tout moment modifier ou révoquer vos paramètres de cookies dans le pied de page sous "Paramètres de cookies". Vous trouverez des informations détaillées dans notre déclaration de protection des données.

Ces cookies sont nécessaires à la fonctionnalité de notre site web et ne peuvent pas être désactivés (par ex. SessionCookies).

Ces cookies nous aident à comprendre comment les visiteurs interagissent avec notre site web. Les informations sont collectées et analysées de manière anonyme. Selon l'outil, un ou plusieurs cookies du même fournisseur sont placés. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre déclaration de confidentialité et celle du fournisseur concerné.

Nous utilisons des cookies afin de concevoir notre site web de manière optimale pour vous et de l'améliorer en permanence. Vous pouvez activer les cookies non nécessaires "Accepter tous" ou les cookies souhaités individuellement en cliquant sur "Configurer". Vous pouvez modifier vos paramètres de cookies à tout moment dans le pied de page sous "Paramètres de cookies". Vous trouverez de plus amples informations sur les cookies dans notre déclaration de protection des données.

5e congrès professionnel sur la nutrition et les micronutriments 2022 de la Burgerstein Foundation: Arguments en faveur d’une supplémentation

La journée a commencé comme d’habitude par l’une des interventions de groupe consacrées à un thème spécifique, qui abordent aussi bien les aspects scientifiques que la mise en œuvre dans la pratique.

Dans leur présentation, V. Boltshauser, pharmacienne, et G. Vinci, diététicienne, se sont intéressées au sens et au but d’une supplémentation en micronutriments. J’ai été très intéressée par leur point sur les micronutriments pour lesquels les apports sont généralement insuffisants dans la population suisse. Elles ont en outre souligné que les valeurs de référence des apports en micronutriments ont été établies pour des personnes en bonne santé – alors que, nous autres diététicien-ne-s, prenons le plus souvent en charge des patient-e-s atteint-e-s de diverses pathologies. Par ailleurs, les différents exemples de cas présentés par G. Vinci, avec des recommandations concrètes d’apports en micronutriments, étaient particulièrement éclairants. Leur conclusion sans équivoque, à savoir que le rapport bénéfices-risques d’une supplémentation en micronutriments est globalement toujours meilleur que celui des médicaments classiques, est quelque chose que je retiendrai longtemps.

Le Dr méd. S. Feldhaus a ensuite proposé une intervention sur l’«hypertension artérielle» et a démontré de manière très claire quels nutriments – par ex. la coenzyme Q10 ou la vitamine C – ont une influence significative sur son traitement. Pour qu’une supplémentation en micronutriments permette d’obtenir un effet thérapeutique, elle doit se faire à des doses élevées – qui n’ont rien à voir avec les recommandations posologiques utilisées à des fins préventives.

Binder, diététicienne, a abordé la question de la supplémentation possible chez les femmes qui ont une alimentation végane. J’ai été très intéressée par sa comparaison des apports quotidiens moyens des régimes omnivore, végétarien et végan – elle révèle d’importantes différences, non seulement sur le plan des apports en vitamines D ou B12, mais aussi pour d’autres nutriments comme le zinc, l’iode et le sucre. Pour notre pratique quotidienne, j’ai aussi particulièrement apprécié ses instructions concernant une mesure la plus précise possible des concentrations de vitamine B12.

La présentation de Monsieur H. Schurgast portait sur le problème des surdosages. Il a d’abord expliqué différents concepts comme les valeurs nutritionnelles de références (VNR), les quantités maximales et l’apport maximal tolérable (tolerable upper intake level) et dans quelle mesure ils sont interprétés. D’une manière générale, il n’existe pas de recommandations posologiques valables pour tout le monde en matière de micronutriments – la posologie dépend de l’objectif de la supplémentation, autrement dit si elle a un but prophylactique ou si elle vise à corriger certaines carences.

La deuxième présentation de groupe de la journée, donnée par S. Salvadó, pharmacienne, et D. Studerus, diététicienne, était consacrée au thème de l’infertilité. Leur présentation générale des différentes supplémentations en micronutriments, avec des recommandations posologiques concrètes pour la femme et l’homme, s’est avérée très utile pour la pratique quotidienne. J’ignorais par ailleurs totalement qu’en cas d’infertilité, il fallait au plus vite rechercher une éventuelle maladie cœliaque.

La dernière présentation était celle du Prof. Dr rer. nat. J. Vormann et portait sur le magnésium. À l’aide de nombreuses études, il a mis en avant l’impressionnant effet protecteur du magnésium pour prévenir le diabète, la mort subite d’origine cardiaque ou le cancer, par exemple.

Save the date: le 6e congrès professionnel sur la nutrition se tiendra le 16.01.2024.