Diese Webseite verwendet Cookies

Wir verwenden Cookies, um Ihnen die richtigen Inhalte für Ihre Sprache und Geräte anzuzeigen (Notwendig), für Sie ausgewählte Inhalte zu präsentieren (Präferenzen), die Zugriffe auf unsere Website zu analysieren (Statistiken) und Ihnen auch auf anderen Websites unsere besten Sonderangebote unterbreiten zu dürfen (Marketing).

Mit Klick auf „AKZEPTIEREN“ willigen Sie in die Verwendung von Cookies ein. Sie können Ihre Cookie-Einstellungen jederzeit in der Fußzeile unter "Cookie-Einstellungen" ändern oder widerrufen. Detaillierte Informationen finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

Cookies helfen uns bei der Bereitstellung unserer Dienste. Durch die Nutzung unserer Dienste erklären Sie sich damit einverstanden, dass wir Cookies setzen. Mehr erfahren.

Sélénium

Loupe focalisée sur le mot Sélénium

Aujourd’hui encore, la crainte de la toxicité du sélénium occulte son importance pour notre métabolisme. Le sélénium joue un rôle crucial dans les fonctions du système immunitaire et le métabolisme des hormones thyroïdiennes.

Contenu

Bon à savoir à propos du sélénium

  • Les besoins journaliers en sélénium sont de 60 à 70 µg (sauf pendant la grossesse et l’allaitement).
  • Les sols suisses sont plutôt pauvres en sélénium et sa concentration dans les produits qui y sont cultivés n’est donc pas élevée.
  • Les pays du centre de l’Europe et de Scandinavie, la Chine et la Nouvelle-Zélande sont «carencés en sélénium».

Les fonctions de l’oligo-élément dans l’organisme

Effet antioxydant
Le sélénium fait partie intégrante de nombreuses sélénoprotéines, qui participent à plusieurs niveaux à la réparation des conséquences du stress oxydant.
La sélénoprotéine la plus connue est certainement la glutathion peroxydase. Cette enzyme protège des agressions par les dérivés actifs de l’oxygène formés sous l’influence de facteurs extérieurs (par ex. polluants, rayonnements, tabagisme), mais aussi par le métabolisme normal de l’organisme.
Il faut garder à l’esprit que les statines, entre autres, inhibent aussi la synthèse des sélénoprotéines.

Système immunitaire
Le sélénium semble stimuler la production d’anticorps, en particulier des immunoglobulines G. Il stimule aussi l’activité des cellules NT (natural killer), les «cellules tueuses» qui jouent un rôle essentiel dans notre immunité. Cet effet peut cependant s’inverser en cas d’excès de sélénium.

Métabolisme des hormones thyroïdiennes
La fonction de l’iodothyronine-5-désiodase de type I dépend du sélénium. Cette enzyme joue un rôle important dans la transformation et l’activation des hormones thyroïdiennes. Une carence en sélénium peut donc entraîner une insuffisance thyroïdienne.

Indications du sélénium

  • Troubles de la fertilité
    Une supplémentation en sélénium peut améliorer la quantité et la qualité des spermatozoïdes.
  • Maladies cardiovasculaires
    Les survivants d’un infarctus du myocarde ont un taux de sélénium plus bas que les personnes en bonne santé, aussi bien dans le plasma que dans les globules rouges. Un apport de sélénium à des patients ayant eu un infarctus a permis une réduction significative des récidives d’infarctus et de la mortalité par infarctus.
  • Système immunitaire
    L’équilibre du sélénium est indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire. En cas de carence, la formation des anticorps et des lymphocytes diminue et la sensibilité aux infections augmente.
  • Névrodermite
    Une dose de 7,5 µg à 15 µg de sélénium par kg de poids corporel et par jour (pendant 6 semaines) a permis d’obtenir une nette amélioration chez des enfants atteints de névrodermite.
  • Tabagisme
    Les fumeurs assimilent moins de sélénium que les non-fumeurs. La fumée du tabac favorise l’agrégation des plaquettes sanguines et ainsi le risque de maladie cardiovasculaire. Il s’est avéré que plus le taux d’agrégation était élevé, plus les apports de sélénium étaient faibles.
  • Dysthyroïdies, maladie de Basedow, thyroïdite d’Hashimoto
    La carence en sélénium peut perturber le métabolisme thyroïdien. Le sélénium (à raison de 200 µg par jour) peut être utilisé contre les maladies auto-inflammatoires de la thyroïde (maladie de Basedow, thyroïdite d’Hashimoto). En cas d’orbitopathie endocrinienne modérée (exophtalmie résultant de l’atteinte des tissus de l’œil dans certaines maladies de la thyroïde), une supplémentation en sélénium peut améliorer la qualité de vie, ralentir l’évolution de la maladie oculaire et en réduire les complications.
  • Intoxication par les métaux lourds
    En cas d’exposition chronique à des métaux lourds (par ex. mercure, plomb, arsenic, etc.), une supplémentation en sélénium peut accélérer l’élimination de ceux-ci.
  • Dépression du postpartum
    Une supplémentation alimentaire avec du sélénium peut empêcher ou atténuer la dépression du postpartum.

Quelles sont les conséquences d’une carence en sélénium?

  • Vulnérabilité accrue aux infections
  • Dilatation du myocarde et insuffisance cardiaque
  • Affaiblissement du système immunitaire
  • Trouble de la fertilité masculine
  • Trouble de la fertilité féminine (anomalies de la synthèse et de la sécrétion de l’hormone lutéinisante et de la folliculostimuline)
  • Prééclampsie, diabète gravidique
  • Affections oculaires
  • Faiblesse musculaire
  • Modification de la structure des cheveux
  • Éclaircissement de la peau et des cheveux

Peut-on surdoser le sélénium?

Oui, tout à fait. Des études ont montré que la prise prolongée de plus de 750 µg par jour entraînait un allongement du temps de coagulation et une formation accrue de globules blancs. Les symptômes d’une surcharge chronique en sélénium peuvent inclure des perturbations de la structure des cheveux et des ongles, un rougissement et une tuméfaction de la peau, des vomissements, des diarrhées, une perte de poids et une haleine alliacée.

La dose sans risques ni effets secondaires est au maximum de 300 µg par jour pour une prise au long cours, ou 3.5 mg en une seule prise.

Le sélénium dans les aliments (pour 100 g)

Hareng 140 µg
Sardine 85 µg
Pain complet 55 µg
Viande de bœuf 35 µg
Viande de porc 31 µg
Cabillaud, saumon 25 µg