Curcuma

Loupe focalisée sur le mot Curcuma

En Inde et en Asie du Sud-Est, le curcuma est utilisé depuis plus de 4000 ans déjà dans la médecine traditionnelle chinoise et indienne. Le grand choix de formes galéniques différentes et la biodisponibilité souvent médiocre sont régulièrement critiqués. Il est donc très important, lorsqu’on achète un complément alimentaire contenant du curcuma, de bien choisir l’extrait de curcuma.

Contenu

Bon à savoir à propos du curcuma

  • L’Inde est le premier producteur, avec environ 80% de la récolte mondiale
  • La racine de curcuma contient environ 230 composés différents qui se concentrent surtout dans le rhizome
  • La racine de curcuma contient entre 3 et 5% de curcuminoïdes (77% de curcumine, 17% de desméthoxycurcumine et 3 à 6% de bisdesméthoxycurcumine) et environ 6% d’huile de curcuma

L’action du curcuma

  • Antiangiogénique (= réduit la formation de vaisseaux sanguins)
  • Antibactérienne
  • Anti-inflammatoire
  • Antimutagène
  • Antioxydante
  • Antivirale
  • Immunomodulatrice
  • Neuroprotectrice
  • Cicatrisante

Indications du curcuma

  • Maladies inflammatoires (arthrose, rhumatisme, maladies intestinales inflammatoires ou psoriasis)
    L’efficacité de la curcumine dans l’arthrose a pu être démontrée dans de nombreuses études. La curcumine semble notamment réduire les douleurs et améliorer la capacité fonctionnelle des articulations. En comparaison avec les antalgiques classiques, il y a moins d’effets secondaires gastro-intestinaux au cours d’un traitement par la curcumine. Il a été démontré, par ailleurs, qu’un traitement adjuvant avec de la curcumine était intéressant pour les patients souffrant de rectocolite hémorragique (une maladie intestinale inflammatoire) traités avec de la mésalazine.
  • Syndrome métabolique, y compris diabète et stéatose hépatique
    La curcumine améliore quelques composants du syndrome métabolique, en particulier la glycémie à jeun. Elle semble aussi influencer positivement le métabolisme lipidique. L’effet positif de la curcumine sur le métabolisme s’explique peut-être par une influence sur le métabolisme hépatique et par une élévation du taux sanguin d’adiponectine.
  • Anti-aging et réduction de la «silent inflammation»
    En raison de l’inactivité physique, du surpoids, de perturbations de la flore intestinale (dysbiose), d’une mauvaise alimentation, d’un stress chronique, d’un sommeil de mauvaise qualité, du tabagisme et de l’exposition à des polluants, bon nombre d’entre nous sont affectés par une inflammation dite à bas bruit, ou «silent inflammation» (inflammation chronique généralisée peu symptomatique). L’effet anti-inflammatoire du curcuma sur ces inflammations généralisées se manifeste au niveau cellulaire par la réduction des marqueurs pro-inflammatoires et antioxydants. Les stratégies antivieillissement ont pour but de réduire ces inflammations systémiques à bas bruit.
  • Maladies psychiques et neurologiques
    Lors de maladies et de dépressions mais aussi de démence et de maladie d’Alzheimer, il semble que des réactions inflammatoires jouent un rôle. Aussi n’est-il pas étonnant qu’une méta-analyse actuelle montre que la curcumine réduit les symptômes de dépression et d’anxiété. En outre, la curcumine semble augmenter les taux sériques de BDNF (brain-derived neurotrophic factor) et atténuer les atteintes neurotoxiques qui surviennent dans la maladie d’Alzheimer.
  • Stress oxydant et courbatures
    La curcumine est utile contre le stress oxydant. Le stress oxydant et des réactions d’inflammation jouent aussi un rôle dans l’apparition de courbatures. Une étude a pu montrer que 2 × 1 g de curcuma, pris 2 jours avant et 2 jours après un effort sportif, peuvent réduire l’atteinte musculaire et les douleurs.

Le curcuma en association avec la vitamine E et l’extrait de romarin

L’effet anti-inflammatoire des constituants du curcuma est incontesté mais d’autres extraits végétaux, tels que le romarin, et des micronutriments comme la vitamine E, ont également des effets anti-inflammatoires et antioxydants et peuvent renforcer son effet.

Le romarin est traditionnellement utilisé comme aromate dans notre alimentation. Dans l’industrie alimentaire, on l’utilise comme conservateur et antioxydant. Ses diterpènes phénoliques (carnosol et acide carnosique), en particulier, sont à la fois anti-inflammatoires et antimicrobiens et peuvent même inhiber la croissance des tumeurs dans les cultures cellulaires.

La vitamine E protège l’organisme des processus d’oxydation et d’inflammation. La famille des vitamines E contient 8 composés différents: 4 tocophérols (α, β, γ, δ) et 4 tocotriénols (α, β, γ, δ). Si on considère «l’effet vitamine» pur, c’est surtout le tocophérol α qui est intéressant. Le tocotriénol α a un «effet vitamine» 3 fois moins prononcé. En revanche, les tocotriénols ont une activité anti-inflammatoire nettement supérieure à celle des tocophérols.

Les problèmes de biodisponibilité

La biodisponibilité indique (en %) la quantité d'une substance qui est absorbée par l'intestin. Il s'agit donc d'une mesure pharmacologique de la proportion d'une substance active qui est absorbée inchangée par l'intestin. Si le principe actif pénètre dans la circulation sanguine et y reste pendant un temps suffisant avant d'être décomposé et excrété, il peut également développer son effet bénéfique dans l'organisme. L'utilisation thérapeutique de la racine de curcuma a longtemps été limitée par le fait que la biodisponibilité des substances actives était très faible. Le précieux ingrédient du curcuma, la curcumine, n'est pas soluble dans l'eau. Il est difficile pour l'organisme de bien absorber les principes actifs non solubles dans l'eau dans l'intestin. Il est donc important que le principe actif, comme les vitamines liposolubles, soit absorbé en combinaison avec les graisses pour obtenir une meilleure biodisponibilité. L'absorption dans l'intestin peut également être améliorée en enrobant les curcuminoïdes liposolubles extraits de molécules hydrosolubles. Cela est possible de plusieurs façons:

1. Enrobage des curcuminoïdes avec des substances étrangères au curcuma

Dans les produits les plus récents, les curcuminoïdes très liposolubles sont enveloppés d’une couche de molécules hydrosolubles:

Pour commencer, les curcuminoïdes sont extraits de la racine. Une fois purifiés, ils sont couplés à des particules hydrosolubles. Cette étape peut être réalisée selon plusieurs méthodes différentes:

  • La biodisponibilité peut être améliorée par la formation de micelles, de liposomes, de complexes de cyclodextrine ou d’émulsions.

Un exemple de technologie d’enrobage des curcuminoïdes bien étudiée scientifiquement est Meriva®. Meriva® associe un extrait de Curcuma longa à de la phosphatidylcholine produite à partir de lécithine, au moyen de la technologie Phytosome®. Un tel enrobage des curcuminoïdes avec de la phosphatidylcholine (le composant principal des membranes cellulaires) assure une meilleure résorption et ainsi une meilleure biodisponibilité de l’extrait.

  • On a souvent recours aussi au couplage de nanoparticules. Par exemple, les curcuminoïdes sont couplés avec des composants hydrosolubles ou des nanoparticules de lipides solides.

Ces procédés ont l’inconvénient d’utiliser des adjuvants qui ne sont pas tous d’origine naturelle.

2. Ajout de pipérine

L’ajout de poivre est une vieille méthode pour améliorer la biodiversité de diverses molécules. La pipérine, qui est à l’origine de cet effet, peut aussi être utilisée seule; elle est ajoutée à la curcumine dans quelques produits. Elle n’accroît pas forcément l’absorption intestinale de la curcumine, mais elle réduit sa vitesse de dégradation dans le tractus intestinal et améliore ainsi sa biodisponibilité. Cependant, elle inhibe pour cela certaines enzymes hépatiques qui sont importantes non seulement pour la métabolisation de la curcumine dans l’organisme, mais aussi pour celle des médicaments. Il peut donc y avoir des interactions notables avec des médicaments ou d’autres préparations. En outre, il importe de savoir que la pipérine peut irriter la muqueuse intestinale, ce qui peut devenir très désagréable en cas d’hypersensibilité.

3. Amélioration de la biodisponibilité sans excipients étrangers au curcuma

 

Dans Cureit®, la matière première à base de curcuma, il n’y a pas d’adjuvants étrangers au curcuma destinés à améliorer la biodisponibilité. Dans Cureit®, on utilise non seulement les curcuminoïdes très liposolubles de la racine de curcuma, mais aussi

  • les composants de l’huile de curcuma, obtenus par distillation à la vapeur d’eau, et
  • les composants hydrosolubles (par ex. les glucides et les protéines) qui sont obtenus par extraction à l’eau.

Cureit® contient ainsi la matrice complète du curcuma. Grâce à la technologie de «sandwich polaire-non polaire» (PUS) utilisée pour Cureit®, les curcuminoïdes insolubles dans l’eau et les composants de l’huile de curcuma sont couplés à des composants hydrosolubles du curcuma. Cette technologie permet, d’une part, d’intégrer tout l’éventail des composants du curcuma à la préparation, et d’autre part, d’accroître la biodisponibilité des composants hydrosolubles et liposolubles du curcuma dans une matrice en plusieurs couches: la partie hydrosoluble (qui peut bien traverser la paroi intestinale) à l’extérieur, la partie liposoluble à l’intérieur.