Diese Webseite verwendet Cookies

Wir verwenden Cookies, um Ihnen die richtigen Inhalte für Ihre Sprache und Geräte anzuzeigen (Notwendig), für Sie ausgewählte Inhalte zu präsentieren (Präferenzen), die Zugriffe auf unsere Website zu analysieren (Statistiken) und Ihnen auch auf anderen Websites unsere besten Sonderangebote unterbreiten zu dürfen (Marketing).

Mit Klick auf „AKZEPTIEREN“ willigen Sie in die Verwendung von Cookies ein. Sie können Ihre Cookie-Einstellungen jederzeit in der Fußzeile unter "Cookie-Einstellungen" ändern oder widerrufen. Detaillierte Informationen finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

Cookies helfen uns bei der Bereitstellung unserer Dienste. Durch die Nutzung unserer Dienste erklären Sie sich damit einverstanden, dass wir Cookies setzen. Mehr erfahren.

Infections des voies respiratoires supérieures

Famille se promenant à lextérieur en automne

Contenu

Les infections de la sphère ORL sont virales dans la plupart des cas, mais les bactéries y jouent aussi un rôle important.

Les maux de gorge aigus sont dus à un virus chez 95% des enfants de moins de 5 ans, 70% des enfants de 5 à 16 ans et 85 à 95% des adultes. Les maladies virales des voies respiratoires supérieures comprennent le rhume, la grippe et maintenant aussi la COVID-19. Il existe dans ces maladies un risque important de surinfection bactérienne. Entre 5 et 15% des adultes et 15 à 30% des enfants (1 sur 3 ou 4) de 3 à 15 ans souffrant de maux de gorge aigus ont une angine (amygdalite) streptococcique, autrement dit une infection bactérienne des amygdales. L’otite moyenne aiguë peut elle aussi être causée aussi bien par une bactérie que par un virus.

Des infections plus fréquentes chez les enfants

On peut attraper une infection de la sphère ORL à tout âge, mais les enfants sont davantage sujets aux infections virales et bactériennes des voies respiratoires supérieures que les adultes: ils ont entre 6 et 8 rhumes par an, contre 2 à 4 seulement chez les adultes, en particulier parce que leur système immunitaire doit d’abord être entraîné et n’a pas encore développé de défenses contre de nombreux virus pathogènes. En outre, les enfants ne sont pas très doués pour respecter les «gestes barrière».

Une mère aidant son fils malade et alité à se moucher

Traitement et prévention

Le traitement est généralement symptomatique, par exemple avec des sprays pour décongestionner le nez et des antalgiques. Il existe des vaccins, entre autres contre la grippe, la COVID-19 et différentes maladies respiratoires comme la coqueluche et les pneumonies à pneumocoques.
Afin d’éviter les résistances, on n’utilise des antibiotiques qu’en cas d’infection bactérienne avérée (par ex. angine streptococcique) et si les symptômes ne s’améliorent pas au bout de 3 jours ou s’aggravent.

Bon à savoir

Nous ne sommes pas complètement à la merci des infections. Par exemple, nous pouvons moduler notre système immunitaire par des apports ciblés de micronutriments tel que les vitamines D et C mais aussi le zinc et le sélénium, afin qu’il puisse mieux venir à bout des virus et bactéries qui pénètrent dans notre organisme.

On a pris conscience, ces dernières années, de l’importance du microbiome oral (la flore bactérienne vivant dans la bouche) dans la lutte contre les infections bactériennes, mais aussi virales, de la sphère ORL. La bactérie Streptococcus salivarius K12 est une souche probiotique particulièrement importante.

Femme qui tient son cou

Qu’est-ce que Streptococcus (S.) salivarius K12?

Il y a plus d’une vingtaine d’années, le professeur Tagg, un microbiologiste néo-zélandais, a découvert que les enfants dont la flore buccale contenait des Streptococcus (S.) salivarius producteurs de bactériocine souffraient moins souvent d’amygdalites streptococciques que ceux qui ne possédaient pas ces souches spécifiques de S. salivarius. Les bactériocines sont des substances sécrétées par certaines souches bactériennes pour inhiber la croissance de souches similaires. La souche S. salivarius K12, particulièrement efficace, a finalement été isolée dans la flore buccale d’un enfant en bonne santé. De nombreuses études ont montré depuis que la colonisation de la flore buccale par S. salivarius K12 protège des angines streptococciques et des otites moyennes, et ce non seulement chez les enfants, mais aussi chez les adultes présentant un risque accru d’angine streptococcique. En outre, S. salivarius K12 aide les enfants comme les adultes à garder une muqueuse buccopharyngée intacte en régulant à la baisse les phénomènes inflammatoires. L’effet immunomodulateur de cette souche protège également contre les infections virales de la muqueuse pharyngée (voir l’illustration). Une étude menée sur 124 participants a ainsi montré que l’administration de S. salivarius K12 sous forme de comprimés à sucer le soir, après le brossage des dents, pendant 3 mois réduisait de 69 à 95% l’incidence des pharyngites virales, des rhumes et des grippes par rapport au groupe témoin.

À retenir

L’administration de S. salivarius K12 modifie la flore buccale, protège la muqueuse de la bouche et de la gorge et module l’immunité. Elle offre ainsi aux adultes comme aux enfants une protection notable contre de nombreuses maladies de la sphère ORL.

Graphique circulaire illustrant l'action de Streptococcus salivarius
Autres articles

Traitement des refroidissements – Des micronutriments peuvent apporter un soulagement.

Continuer la lecture

Système immunitaire affaibli – comment aider votre corps

Continuer la lecture

Les probiotiques – une aide vivante pour un corps sain

Continuer la lecture

Intérêt de Streptococcus (S.) salivarius K12 dans les infections virales

Continuer la lecture