Zinc et diabète

Mesure de la glycémie

Contenu

Implication du zinc dans le métabolisme des glucides

  • Le zinc joue un rôle dans la synthèse endogène de l’insuline [quand la pré-pro-insuline est transformée dans le réticulum endoplasmique en pro-insuline (comprenant encore le peptide C)].
  • La pro-insuline est stockée sous forme de cristal de zinc dans les granules sécrétoires des cellules bêta du pancréas (6 molécules de pro-insuline: 2 molécules Zn2+); des quantités élevées de zinc stabilisent ces hexamères.
  • Le zinc est un cofacteur de sécrétion de l’insuline par les cellules bêta du pancréas.
  • Le zinc est un cofacteur de l’action de l’insuline dans les cellules.
  • Le zinc joue un rôle dans la sensibilité à l’insuline par l’activation de la cascade phospho-inositol-3-kinase/protéine kinase B.
  • En régulant le transporteur de glucose de type 4 (GLUT-4), le zinc stimule également l’absorption du glucose dans les tissus dépendants de l’insuline.
  • Il inhibe les réactions de glycation [HbA1c, AGE (produits de glycation avancée)].

Le zinc est un antioxydant et peut en outre inhiber les cytokines pro-inflammatoires, dont l’interleukine-1β et le facteur NF-kappa-B. Le zinc protège ainsi les cellules bêta productrices d’insuline du pancréas.

Deux méta-analyses indépendantes l’une de l’autre ont récemment évalué l’influence d’une supplémentation en zinc sur la glycémie, l’hémoglobine glyquée (HbA1c) et divers autres paramètres (hs-CRP, HDL, LDL):

Méta-analyse et revue systématique de Wang et al.1

  • Question explorée: une supplémentation en zinc améliore-t-elle les résultats de laboratoire des diabétiques de type 2 et des patients prédiabétiques?
  • Analyse de 32 études contrôlées
  • 20 études portaient uniquement sur le zinc et 12 sur une association de zinc et d’autres micronutriments.
  • Posologie moyenne: 35 mg de zinc par jour
  • Durée d’administration: entre 1 et 12 mois
  • Au total, 1700 sujets dans 14 pays

Résultats:

Les résultats montrent une action statistiquement significative et cliniquement pertinente sur la glycémie à jeun, la glycémie postprandiale, l’HbA1c, l’indice HOMA-IR mais aussi sur la hs-CRP. Les résultats des analyses dans les sous-groupes sont aussi intéressants. La supplémentation en zinc a montré une action plus marquée quand le diagnostic de diabète a déjà été posé que chez les patients à risque. Pour certains paramètres, les composés de zinc inorganiques semblent plus efficaces que les composés organiques, mais il faut aussi tenir compte du fait que la posologie des premiers (52 mg de zinc par jour) était en moyenne significativement plus élevée que celle des deuxièmes (40 mg de zinc par jour).

Méta-analyse de Jafarnejad et al.2

  • Question explorée: quel est l’effet du zinc – seul et en association avec d’autres vitamines et minéraux – sur la maîtrise de la glycémie et les valeurs du HDL, du LDL et du cholestérol total?
  • Analyse de 20 études contrôlées
  • Durée d’administration: entre 3 semaines et 6 mois

Résultats:

Plus la qualité des études était bonne, moins les bénéfices cliniques étaient importants. Toutefois, l’effet de l’administration isolée de zinc sur la glycémie à jeun (−28,20 mg/dl) et le taux de HDL (+5,38 mg/dl) s’est avéré significatif et cliniquement pertinent. Les résultats de cette méta-analyse sont également résumés dans le tableau ci-dessous.

Résumé des deux méta-analyses
Résumé des deux méta-analyses

Le rôle du zinc dans la prévention des complications du diabète

L’administration de suppléments de zinc semble non seulement améliorer la glycémie mais aussi le taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) et les taux de HDL et de LDL. Par ailleurs, une administration de zinc aux patients diabétiques devrait être envisagée pour prévenir les complications du diabète et dans un certain nombre de situations:

Cicatrisation et pied diabétique

Une récente étude randomisée, contrôlée par placebo en double aveugle3 a montré que l’administration quotidienne de 50 mg de zinc pendant 12 semaines chez des patients (n = 60) présentant un pied diabétique (grade 3) a permis de réduire significativement la taille de l’ulcère. En outre, le zinc a induit une amélioration sensible de l’état métabolique des patients: glycémie à jeun: –40,5 mg/dl, insuline sérique: –8,0 μUI/ml, HOMA-IR: –3,9/HbA1c: –0,5%, HDL: +4,1 mg/dl, hs-CRP: –20,4 μg/ml. Il a également permis d’obtenir une amélioration de la capacité antioxydante et une élévation de la concentration de glutathion.

Compensation des pertes de zinc liées à la polyurie

De nombreux diabétiques présentent des carences en minéraux et en oligoéléments du fait d’une augmentation de la fréquence des mictions (polyurie). Ce phénomène entraîne des pertes accrues de zinc, de magnésium, de potassium, de manganèse et de chrome, qui doivent être régulièrement compensées par une supplémentation.

Prise d’IECA

Les IECA peuvent augmenter l’élimination rénale du zinc et, dès lors, induire un déficit. Il est donc conseillé de contrôler les concentrations de zinc et d’instaurer une supplémentation adjuvante si nécessaire.

Rétinopathie diabétique, cataracte

Le déficit en zinc semble avoir une influence négative sur l’apparition de la rétinopathie diabétique et de la cataracte4 , probablement en raison de son rôle d’antioxydant et d’antagoniste des métaux lourds.

Neuropathie diabétique

Quelques études de moindre envergure5 ont montré que l’administration de zinc (à raison d’environ 100 mg par jour pendant 12 semaines) peut apporter des améliorations neurophysiologiques significatives en cas de neuropathie diabétique, notamment sur le plan de la conduction nerveuse et sur le plan sensoriel.

À retenir

Le zinc joue un rôle important dans le traitement du diabète. Il peut d’une part contribuer considérablement à l’amélioration de la glycémie à jeun et postprandiale et à la réduction de l’hémoglobine glyquée. D’autre part, il influence positivement les concentrations de cholestérol HDL et LDL, souvent hors-normes chez les diabétiques. De plus, à long terme, ses propriétés anti-inflammatoires (hs-CRP), l’amélioration de la cicatrisation et du pied diabétique, son intérêt dans la prévention des complications du diabète (neuropathie, rétinopathie, cataracte), mais aussi la compensation des déficits en zinc liés à la polyurie ou aux traitements adjuvants (p. ex. les IECA) sont aussi à prendre en compte.

1Wang X et al. Zinc supplementation improves glycemic control for diabetes prevention and

management: a systematic review and metaanalysis of randomized controlled trials. Am J Clin Nutr 2019;110:76–90.

2Jafarnejad S et al. Meta-analysis: effects of zinc supplementation alone or with multi-nutrients, on Glukose control and lipid levels in patients with type 2 diabetes. Prev Nutr Food Sci 2019;24(1):8–23.

3Momen-Heravi M et al. The effects of zinc supplementation on wound healing and metabolic status in patients with diabetic foot ulcer: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Wound Repair Regen 2017;25:512–520.

4Miao X et al. Zinc and diabetic retinopathy. J Diabetes Res 2013.doi 10.1155/2013/425854.

5Gupta S et al. Zinc supplementation significantly improves neurophysiological and glycemic measures in patients with diabetic neuropathy. Int J Curr Res Acad Rev 2017;5(7):61–69.

Autres articles

Zinc et problèmes de peau

Continuer la lecture