Cuivre

Loupe focalisée sur le mot Cuivre

Le cuivre est un important oligoélément apporté par l’alimentation. Il peut protéger des maladies cardiovasculaires et de l’arthrite, et soutient le système immunitaire.

Contenu

Bon à savoir à propos du cuivre

  • Les besoins journaliers en cuivre sont de 1 à 1,5 mg, pour les hommes comme pour les femmes.
  • Plus l’eau est acide, moins elle est dure et plus les conduites sont neuves, plus il y a de cuivre dans l’eau du robinet.
  • Une carence en vitamine C peut perturber l’assimilation et le transport du cuivre.
  • Une intoxication chronique au cuivre accélère la formation de radicaux libres, qui peuvent endommager les cellules.

Les fonctions de l’oligo-élément dans l’organisme

Formation du sang
Le cuivre facilite l’absorption et la mobilisation du fer. Bien qu’il n’entre pas dans la composition de l’hémoglobine, il est nécessaire à la formation de celle-ci.

Système immunitaire
Le cuivre participe à la réponse immunitaire à médiation cellulaire.

Métabolisme des pigments
Sans cuivre, il ne peut pas y avoir de synthèse de la mélanine, un pigment de la peau et des cheveux.

Squelette, tissus conjonctifs
Le cuivre entre dans la composition de l’enzyme lysyl oxydase, qui est responsable de la réticulation des deux principaux composants des tissus conjonctifs: le collagène et l’élastine. Ces deux substances confèrent également leur structure et leur élasticité aux os, aux ligaments, aux cartilages, aux tissus conjonctifs et aux vaisseaux sanguins.

Système nerveux central
Le cuivre aide à former les gaines de myéline qui entourent et protègent les fibres nerveuses.

Indications du cuivre

  • Anémie
    Un apport de cuivre insuffisant peut causer une anémie en diminuant la synthèse de l’hémoglobine. L’administration conjointe de cuivre et de fer peut aider à corriger l’anémie.
  • Arthrite
    Le cuivre est un oligoélément anti-inflammatoire, qui peut améliorer le statut antioxydant. Il peut ainsi, dans certaines circonstances, réduire les raideurs matinales et améliorer la mobilité des articulations. Dans certains cas, l’amélioration est telle que la prise d’antalgiques peut être divisée par deux, voire complètement arrêtée.
  • Maladies cardiaques
    La carence en cuivre est un cofacteur d’apparition des troubles du rythme cardiaque, de dilatation du myocarde et de lésions structurelles des parois des vaisseaux.
  • Douleurs
    La carence en cuivre réduit le taux d’encéphalines, des substances formées par l’organisme qui régulent la perception de la douleur. Un apport insuffisant en cuivre peut donc accroître la sensibilité à la douleur.

Les symptômes de la carence en cuivre

  • Anémie
  • Anomalies des neurones
  • Dépigmentation des cheveux et de la peau (vitiligo)
  • Artériosclérose
  • Troubles du sommeil
  • Vulnérabilité aux infections
  • Anomalies structurelles du squelette
  • Anomalies structurelles des cheveux
  • Troubles de la fertilité et de la croissance
  • Élévation du taux de cholestérol
  • Hypertension artérielle
  • Perte d’appétit et perte de poids

Peut-on surdoser le cuivre?

Un taux élevé de cuivre dans le sang peut être la conséquence d’une inflammation ou de la prise d’œstrogènes. Des apports trop importants peuvent aussi produire un excès de cuivre, voire une intoxication; les apports ne doivent donc pas dépasser 5 mg par jour dans la durée.

Le cuivre dans les aliments

Foie (bœuf, veau, porc) 100 g 3.6 à 5.5 mg
Huîtres 100 g 2.5 mg
Lentilles, pois, haricots 100 g 0.7 à 0.8 mg
Graines de tournesol 25 g 0.7 mg
Noisettes, noix, amandes 50 g 0.4 à 0.6 mg
Emmental 50 g 0.4 à 0.6 mg
Abricots, prunes, pêches (secs)       50 g 0.2 à 0.4 mg