Vitamine B12: questions et réponses autour d’un micronutriment fréquemment utilisé

mot «Vitamine B12» écrit avec des comprimés sur fond bleu

Contenu

Quelles sont les causes d’une carence en vitamine B12?

1. Un apport insuffisant par l’alimentation

Seuls des aliments d’origine animale contiennent de la vitamine B12. Aussi les végétariens et les véganes doivent-ils porter une attention toute particulière et régulière à leur statut de vitamine B12. On met souvent en avant la forte teneur en vitamine B12 de la spiruline ou des algues AFA. Ces analogues de la vitamine B12 ne possèdent toutefois aucun des effets de la vitamine.

viande, poisson, œufs et fromage sur une table

2. L’assimilation de la vitamine B12 peut être perturbée

Dans le cadre d’un apport «normal» en vitamine B12, le facteur intrinsèque secrété dans l’estomac est indispensable à son absorption. Chez les sujets âgés, la formation de ce facteur diminue, de sorte que la vitamine B12 n’est plus aussi bien absorbée. C’est également le cas chez les personnes atteintes de gastrite atrophique ainsi qu’après des interventions bariatriques.

De même, en cas de maladies intestinales chroniques comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique, la capacité d’absorption est le facteur limitant d’un apport suffisant en vitamine B12.

Des comprimés provenant d’un contenant sont répandus sur une table
Certains médicaments peuvent favoriser une carence en vitamine B12.

3. Les médicaments peuvent aussi perturber l’absorption de la vitamine B12

En cas de traitement par metformine, un antidiabétique, ou de prise à long terme d’inhibiteurs de la pompe à protons, une carence en vitamine B12 peut survenir pour différentes raisons. Chez ces patients, le statut de vitamine B12 doit être contrôlé régulièrement et une supplémentation mise en place en cas de besoin.

Quels sont les groupes à risque de carence en vitamine B12?

  • Personnes âgées
  • Végétariens et véganes
  • Personnes atteintes de maladies gastro-intestinales
  • Personnes ayant des besoins accrus en vitamine B12 (p. ex.: femmes enceintes, allaitantes, maladies auto-immunes)
  • Insuffisants rénaux
Femme portant un sac rempli de légumes
Les véganes ont souvent une carence en vitamine B12

Comment la vitamine B12 est-elle absorbée et quel est le dosage adéquat?

Normalement, la vitamine B12 – provenant de l’alimentation ou de compléments alimentaires faiblement dosés (de l’ordre de quelques microgrammes) – est absorbée à l’aide du facteur intrinsèque dans une quantité d’environ 1,5 µg par jour. Dans le cas de préparations de vitamine B12 plus fortement dosées (500 µg p. ex.), la vitamine B12 est absorbée par diffusion passive dans l’ensemble de l’intestin grêle. Le taux d’absorption est ici d’env. 1%, autrement dit, avec un dosage de 500 µg de vitamine B12, 5 µg supplémentaires sont absorbés.

Dosages de vitamine B12

Adulte en bonne santé* 4 µg/jour
Femme enceinte* 4.5 µg/jour
Femme allaitante* 5.5 µg/jour 
Carence d’origine alimentaire** 10–1000 µg/jour
En cas de troubles de l’assimilation 500–1000 µg/jour
Compensation en cas de prise de metformine, d’inhibiteurs de la pompe à protons 500–1000 µg/jour
Traitement d’une carence constatée en laboratoire 500–1000 µg/jour

*Selon les recommandations DACH (mars 2021)
** Préparations hautement dosées durant une période limitée afin de remplir les réserves

La vitamine B12 peut être administrée par voie orale ou par injection. Quelle est la méthode la plus efficace?

De récentes études ont montré que les deux formes d’administration offraient une utilité clinique comparable.1 C’est donc une bonne nouvelle pour toutes les personnes qui redoutent les piqûres.

Le mythe des composés «activés» de vitamine B12

Un grand nombre de fabricants de compléments alimentaires soulignent l’importance des composés «activés» de vitamine B12. En cela, ils font état de soi-disant avantages en termes d’efficacité de la méthylcobalamine et de l’adénosylcobalamine par rapport à la cyanocobalamine et à l’hydroxocobalamine «non activées». En réalité, les éléments méthyl, hydroxo, adénosyl et cyano subissent tous un processus de séparation, ce qui signifie que tous les composés de vitamine B12 administrés par voie orale sont absorbés sous forme de cobalamine «nue». L’activation de la cobalamine a lieu en réalité plus tard, dans les différentes cellules des tissus, lorsque la vitamine B12 joue le rôle de cofacteur d’une enzyme. Cela signifie qu’aucun des composés de vitamine B12 administrés par voie orale ne possède une utilité clinique supérieure ou inférieure aux autres. Toute affirmation différente à cet égard est dépourvue de fondements scientifiques.

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans notre article "Vitamine B12 activée et autres mythes".

Le mythe de la toxicité de la cyanocobalamine

Dans de nombreux articles publiés sur Internet, le composé de vitamine B12 le plus utilisé au monde – la cyanocobalamine – est considéré comme «toxique» et «mauvais» en raison de sa part cyano dans la molécule (= 2% de la masse molaire). En réalité, d’un point de vue scientifique, rien ne s’oppose à la cyanocobalamine: pour un apport de 10 µg de cyanocobalamine, l’apport d’acide cyanhydrique est env. 22 000 moins élevé qu’avec une portion de 20 g de graines de lin bonnes pour la santé.2

Conclusion

Le nombre de personnes susceptibles de présenter un risque de carence en vitamine B12 est en augmentation constante, notamment en raison de la tendance à manger moins de viande. Outre les personnes âgées et les patients atteints de certaines maladies et prenant certains médicaments, les adultes et les adolescents en bonne santé, et même les enfants, présentent de plus en plus souvent une carence en vitamine B12. Les spécialistes doivent accorder une plus grande attention à cet état de fait dans le futur.

Littérature

1 Wang H et al. Oral vitamin B12 versus intramuscular vitamin B12 for vitamin B12 deficiency. Cochrane Database of Systematic Reviews 2018, Issue 3. Art. No.: CD004655. – Accessed 16 March 2021.

2 AGES – österreichische Agentur für Gesundheit und Ernährungssicherheit GmbH; „Cyanogene Glykoside in Leinsamen“: Risikobewertung. Zugriff 24.3.2021.

Autres articles