L’allergie au pollen: des bactéries et des micronutriments pour atténuer les symptômes?

Homme et femme avec une tête de pissenlit

Contenu

Les symptômes de l’allergie au pollen

Les symptômes typiques des allergies déclenchées par les pollens sont:

  • des éternuements fréquents
  • le nez qui coule
  • la sensation d’avoir le nez bouché
  • les yeux larmoyants, rougis et/ou gonflés
  • des démangeaisons des yeux et du nez

Les symptômes ne diminuent pas pendant la nuit: le sommeil est troublé et le lendemain matin, la personne allergique manque d’énergie et est moins efficace.

Qu’est-ce qu’une allergie?

Comme toute réaction allergique, la rhinite allergique (rhume des foins) est une réaction excessive du système immunitaire à une substance étrangère (allergène). Le corps d’une personne allergique se trompe et considère une substance étrangère inoffensive (par ex. du pollen de fleurs) comme dangereuse. Pour lutter contre cette «envahisseuse», il met en branle ses processus de défense:

  1. Le système immunitaire se met à produire intempestivement des molécules immunitaires (les immunoglobulines ou anticorps), qui reconnaissent et se lient spécifiquement à la molécule exogène mais inoffensive (par ex. une particule de pollen). Les anticorps intervenant dans les allergies sont généralement des IgE, qui sont réparties à la surface des mastocytes. Cette réaction dure environ une semaine.
  2. La réaction allergique proprement dite n’est déclenchée que lorsque l’allergène entre une nouvelle fois en contact avec l’organisme et se lie aux anticorps IgE des mastocytes. Tout va alors très vite: les mastocytes libèrent des transmetteurs tels que l’histamine et les cytokines. Ceux-ci provoquent une inflammation locale qui signale la présence d’un intrus à combattre.
  3. La réaction inflammatoire locale produit les symptômes typiques de l’allergie, par exemple au pollen.
Schéma décrivant l’apparition d’une allergie
Chez les personnes allergiques, des substances anodines étrangères à l’organisme déclenchent une réaction immunitaire. La première réaction du système immunitaire est appelée sensibilisation. Une réaction allergique se produit lors du contact suivant

Quel est le rôle de l’intestin?

L’allergie est aussi directement liée à l’intestin. Ce n’est pas étonnant, puisque 60 à 80% des cellules immunitaires se trouvent dans l’intestin. L’interaction du système immunitaire avec les bactéries intestinales contribue également à déterminer si l’organisme va tolérer les substances étrangères (allergènes, tels que les pollens ou la poussière) ou y réagir par des symptômes allergiques.

Infographie: les facteurs qui influent sur le risque allergique par le biais de la flore intestinale
La composition de la flore intestinale (microbiome) influe sur le risque allergique.

La thérapie classique contre les allergies

Pendant la saison pollinique, de nombreux allergiques doivent prendre des médicaments tous les jours pour atténuer les désagréments de leur allergie. Selon les symptômes, ils utilisent des antihistaminiques ou des corticoïdes (parfois même sur ordonnance), des gouttes pour les yeux ou des sprays pour le nez. Une combinaison de ces médicaments est indiquée lorsque les symptômes sont prononcés.

Il existe aujourd’hui quelques alternatives en phytothérapie ou en homéopathie. Saviez-vous que les probiotiques et les micronutriments peuvent aussi réduire nettement les symptômes de la rhinite allergique? Plusieurs études en ont apporté la preuve.

Réduction des symptômes de l’allergie grâce aux probiotiques

Les probiotiques agissent sur différents systèmes du corps, y compris le système immunitaire. Dans le traitement des troubles allergiques, on s’intéresse surtout à la capacité de certaines souches probiotiques d’influer sur l’intensité de la réponse immunitaire et d’améliorer ainsi la qualité de vie des personnes allergiques, y compris des enfants et pendant la grossesse et l’allaitement.

Déroulement d’une allergie avec et sans probiotique

Graphique du déroulement d’une allergie

Vous trouverez ici l’explication de ce schéma.

Lactobacillus paracasei LP-33 – particulièrement efficace en cas d’allergie

Différentes études scientifiques ont montré que la souche Lactobacillus paracasei LP-33 est particulièrement efficace.1 Après quatre semaines de traitement, on a pu observer une nette amélioration des symptômes nasaux. De plus, une réduction supplémentaire des symptômes de la rhinite allergique a pu être observée quand les personnes touchées prenaient déjà un médicament (antihistaminique) à base de loratadine.2

Les personnes allergiques au pollen devraient donc, dans l’idéal, commencer à prendre une préparation probiotique à base de Lactobacillus paracasei LP-33 une semaine environ avant la saison pollinique.

Bibliographie:

1 Güvenç IA, Muluk NB, Mutlu FS et al. Do probiotics have a role in the treatment of allergic rhinitis? A comprehensive systematic review and meta-analysis.

2 Costa DJ, Marteau P Amougal M et al. Efficacy and safety of the probiotic Lactobacillus paracasei L-33 in allergic rhinitis: a double-blind, randomized, placebo-controlled trial (GA2LEN Study). Eur J Clin Nutr 2014;68(5):602–607.

Les micronutriments dans la rhinite allergique

Les micronutriments peuvent également contribuer à atténuer les symptômes de la rhinite allergique: 

  • La vitamine C joue un rôle important dans les allergies. La vitamine C est un antioxydant et, en tant que tel, peut protéger les cellules des répercussions de la réaction allergique. Elle accélère en outre la vitesse de dégradation de l’histamine, qui agit dès lors moins longtemps, et réduit la production d’histamine. Les analyses réalisées dans un contexte de manifestations allergiques révèlent souvent un déficit en vitamine C.
  • Le calcium administré en traitement adjuvant peut réduire la réaction allergique grâce à son effet stabilisateur sur la membrane cellulaire. 
  • En outre, le zinc et la vitamine D à des doses élevées ont un effet positif sur le système immunitaire en cas d’allergie.

Vous trouverez les recommandations posologiques relatives aux micronutriments en cas d’allergie dans nos recommandations thérapeutiques.

Prévention et conseils

Voici comment profiter du printemps malgré les allergies:

  • Pendant la saison pollinique, il est conseillé de n’aérer que brièvement; vous pouvez aérer plus longtemps quand il pleut ou si vos fenêtres sont équipées de moustiquaires anti-pollen.
  • Ne suspendez pas dans la chambre à coucher les vêtements que vous avez portés dans la journée.
  • Lavez-vous les cheveux de préférence le soir avant le coucher, afin de les débarrasser du pollen.
  • Rincez-vous régulièrement le nez afin de soigner la muqueuse et d’éliminer le pollen qui y a pénétré.
  • Lavez régulièrement votre linge de lit.
  • Évitez de faire sécher vos vêtements et votre linge de lit à l’extérieur.
  • Portez des lunettes de soleil pour vous protéger non seulement du soleil, mais aussi des pollens.
  • Consultez régulièrement le bulletin allergo-pollinique sur www.pollenundallergie.ch.
  • Si vous faites du sport ou d’autres activités physiques à l’extérieur, préférez le début de matinée, les terrains en altitude, ou sortez juste après une averse
  • Évitez de longer les prairies récemment fauchées en vous promenant.
  • Préparez-vous le plus tôt possible à la saison pollinique.
  • Planifiez vos vacances en tenant compte des pollens: par exemple, partez à la mer ou à la montagne, où les pollens sont beaucoup moins abondants en règle générale.
  • Servez-vous de mouchoirs en papier et utilisez-les une seule fois.
  • Une rhinite allergique peut provoquer l’apparition d’une
Famille avec 2 enfants marchant dans un pré à hauteur de genoux

Comme vous le voyez, il existe des alternatives naturelles tout à fait efficaces pour traiter le rhume des foins. Cela vaut la peine de les essayer.